Franck Garot

Franck Garot considère la poésie comme un grand terrain de jeu. Il passe volontiers du sonnet au haïku, de la villanelle au pantoun. Il pense que les règles et les contraintes d’écriture sont de formidables catalyseurs pour l’imagination. Il a le projet d’écrire un long haïbun qui mêlerait haïkus et pantouns.

Quelques-uns de ses pantouns :

Le train roule à grande vitesse
À travers les champs endormis
Au loin coulera ma tristesse
Mes vers chanteront mes amis

***

Dehors sur le banc enneigé
La pie a laissé son empreinte
Dedans sur mon flanc dénudé
Ma mie a cessé son étreinte

***

Mais où va la feuille emportée
De çà de là au vent mauvais ?
Mais où va mon âme envoûtée
Par toi par lui ? Je vous aimais

Publicités